AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Tout est-il parfaitement normal ? l Bella l

Aller en bas 
AuteurMessage
Edward Cullen
Admin
avatar

Nombre de messages : 121
» Localisation : Forks
» Emploi/loisirs : Lycéen à jamais
» Race : Vampire Végétarien
Date d'inscription : 09/02/2009

Who I am ?
Relations:
Humeur: Calme
Ma pensée du moment:

MessageSujet: Tout est-il parfaitement normal ? l Bella l   Jeu 19 Fév - 17:08

    C’était le week-end et Edward venait de passer une semaine plutôt agréable. Le lycée n’était pas toujours été sa tasse de thé ; le fait d’être dévisagé constamment, le fait d’écouter encore et encore les mêmes cours ; ou encore le fait de sentir tous ce sang humain et de ressentir chacune de leur pensée ; n’était parfois pas très agréable pour le plus « jeune » des Cullen. Mais le point positif, c’était que, depuis l’arrivée de cette nouvelle élève : Isabella Swan, rien n’était plus pareil. Il était à la fois intrigué et fasciné par cette dernière qui n’était pas comme les autres ! Il ressentait le besoin constant de la protéger et n’avait encore pas élucidé ce sentiment étrange.
    Cette semaine là, Edward avait essayé de paraître le plus naturel et normal possible à l’égard de Bella ; le plus agréable également ; mais une part de mystère régnait et dominait toujours en lui. Néanmoins, Edward avait remarqué que Bella était loin d’être dupe et simple d’esprit ; il avait vu que cette dernière était, à son avis, beaucoup trop curieuse et observatrice pour une simple humaine et certaine de ses questions déstabilisait parfois notre cher Apollon.

    Le week-end était donc arrivé et notre cher Edward se lassait un peu de rester dans la demeure des Cullen. Il n’avait rien à faire et, il fallait l’avouer, il s’ennuyait. Le temps était couvert mais pas orageux. Prenant alors la décision de sortir, il prit un de ses blousons et partit, tel un vampire, en direction du centre de Forks. Rare étaient les fois où ses pas le portaient là bas mais quelque chose, au fond de lui-même l’insistait à se rendre en ville, et plus précisément au parc. Aussitôt dit, aussitôt fait ; après quelques minutes de course folle dans la forêt, Edward arriva à destination.
    Il n’y avait pas grand monde dans le parc et cela convint parfaitement à notre cher vampire végétarien. Il marcha d’un pas tranquil sur le chemin principal. Les mains dans les poches, sa tête et son buste droit, il marchait d’une façon si légère et pleine de grâce que rares étaient les gens qui ne se retournaient pas sur son passage. Quelle idée avait-il eu en se rendant dans le parc ? Lui-même l’ignorait mais quelque chose lui disait que tôt ou tard, il ne tarderait pas à le savoir.

_________________

    I'm not a human.
    I'm dangerous.
    I'm a vampire.
    Are you scared ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilightfascination.forumactif.com
Isabella M. Swan
l STUPID LAMB l
avatar

Féminin Nombre de messages : 62
Age : 25
» Localisation : A Forks, dans ma chambre ou au lycée.
» Emploi/loisirs : Lycéenne
» Race : Humaine, pourquoi ?
Date d'inscription : 09/02/2009

Who I am ?
Relations:
Humeur: Pensif
Ma pensée du moment:

MessageSujet: Re: Tout est-il parfaitement normal ? l Bella l   Jeu 19 Fév - 18:06

    Ce matin je me levais de bonne humeur, sans savoir pourquoi j'étais si heureuse. Je me souvins alors que c'était samedi, jour où je n'avais pas cours. Cela faisait déjà deux semaines que j'étais à Forks, le temps passait à une vitesse folle. Après m'être douchée et pris mon petit déjeûner, je consultai rapidement mes mails puis me mit à mes devoirs. Je bloquais sur un problème de maths épineux et décidai de sortir afin de me changer les idées. Charlie ne serait pas de retour avant midi, j'avais largement le temps de prendre l'air puis de revenir afin de préparer le déjeûner. J'enfilais ma veste marron et mes baskets et sortis en claquant la porte. Je grimpai dans ma camionette rouge et partis en direction du centre ville. Je l'avais déjà visité le week end dernier mais n'avais pas encore trouvé le temps de faire un tour dans la seul parc de la ville. Ce n'était pas la seul espace vert de la ville, mais la forêt ne me rassurait pas vraiment et je me voyais mal m'y aventurer seule ! Me connaissant, j'étais capable de me perdre dans une simple clairière, même en restant dans les sentiers battus. Je ne tentais donc pas le diable et m'arrêtai devant le parc public. Il n'était pas très grand mais Charlie m'en avait parlé plusieurs fois : d'après lui, c'était un endroit reposant et très calme. Parfait, c'était exactement ce dont j'avais besoin.

    Je marchais d'un pas lent à travers les allées, regardant sans cesse autour de moi. Il n'y avait heureusement pas grand monde, une vieille dame et deux ou trois enfants qui jouaient dans les arbres. Il ne faisait pas très beau, le temps était presque l'orage, voilà pourquoi il y avait si peu de monde. Cela ne me dérangeait pas, au contraire, je préférais être tranquille et dans un endroit silencieux. Je m'arrêtais quelques minutes sur un banc et mis mon baladeur dans mes oreilles. Au bout d'un certain temps, je me remis debout et continuai mon chemin, en écoutant toujours ma musique. Quelques gouttes de pluie me tombèrent sur les épaules mais je ne le sentis même pas. Au pire, j'avais une capuche de toute façon et la pluie ne me gênait pas.

    Mon coeur fit alors un bond dans sa poitrine : en face de moi arrivait Edward Cullen, mon partenaire en biologie. Il m'avait ignoré pendant des heures, avait disparu mystérieusement puis était revenu. Le cours dernier, il m'avait enfin adressé la parole et nous avions même formé une bonne équipe. J'avais l'impression que le problème était résolu, mais je sentais tout de même que quelque chose clochait chez lui, comme si il n'était pas normal. Gênée, je restais quelques secondes à paniquer intérieurement. Devais-je faire demi-tour ? Ou l'affronter et le saluer poliement ? Je n'avais plus le temps de me poser ces questions, je devais agir : Edward était juste en face de moi, ses prunelles dorées me fixant. Je remarquai avec étonnement qu'il avait l'air soulagé.

    "Bonjour, dis-je d'une petite voix. Tu vas bien ?"

    Je n'avais rien de plus original en réserve, mon stock de sujet de conversation était brusquement à sec. A part la pluie et le beau temps, je ne savais absolument pas quoi le dire. Etant donné qu'il pouvait se révéler très bavard, je comptais sur lui pour animer la conversation et me détendre un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Cullen
Admin
avatar

Nombre de messages : 121
» Localisation : Forks
» Emploi/loisirs : Lycéen à jamais
» Race : Vampire Végétarien
Date d'inscription : 09/02/2009

Who I am ?
Relations:
Humeur: Calme
Ma pensée du moment:

MessageSujet: Re: Tout est-il parfaitement normal ? l Bella l   Jeu 19 Fév - 19:48

    Alors qu’Edward marchait toujours d’un pas tranquil et léger, il fut étonnement mais agréablement surprit lorsqu’il vit au loin Bella. Ses yeux incroyables de vampire lui permettaient, en effet, d’avoir une vision beaucoup plus large et lointaine qu’un simple humain. Il la vit donc assise sur un banc, un baladeur qu’elle tenait fermement dans une main, le regard pensif. Edward s’était immobilisé, sans même s’en rendre compte pendant son observation minutieuse d’Isabella.
    Lorsqu’il se rendit compte de cela, il sembla reprendre ses esprits. Ses pas l’avaient-ils porté jusqu’au parc municipal de Forks dans le seul but de voir Bella ? Si c’était le cas, pourquoi ? Serait-elle en danger ? Devait-il lui parler ? Il l’ignorait mais devait avouer que cette dernière l’intriguait de plus en plus.
    Edward redescendit sur terre lorsqu’il s’aperçu qu’Isabella avait quitté son banc et marchait d’un pas tranquil sur le chemin principal. Optant de ne pas l’ignorer, ce qu’il aurait pu aisément et certainement faire avec une autre personne, il marcha en sa direction. Après quelques secondes, il remarqua que la jeune Swan l’avait elle aussi remarqué. Il apprécia que cette dernière ne fuie pas ou ne l’ignore. Elle se dirigea vers lui et le salua lui demandant tout simplement comment il allait.
    Edward resta silencieux un court instant, puis, regarda soudain autour de lui, comme s’il vérifiait quelque chose. Sans même prendre la peine de répondre à sa question, il demanda d’une voix sévère mais inquiète ; son regard ne quittant pas les yeux bruns de Bella :


    « -Tu es venue seule au parc ? »

    Cette question semblait lui tenir très à cœur et son regard légèrement assombrit imposait une réponse rapide et clair.
    Pourquoi lui posait-il une telle question ? Edward lui demanda cela par simple précaution et par soucis ; en effet, il s’inquiétait pour la belle brune et se demandait pourquoi elle était seule, au parc, avec un temps si menaçant au dessus de sa tête. Il croyait pourtant qu’elle n’aimait pas Forks, qu’elle n’aimait pas le mauvais temps…alors que faisait-elle ici aujourd’hui ? Edward s’inquiétait réellement et pouvait sentir au fond de lui-même que quelque chose clochait ; mais quoi ? Il n’y avait plus personne dans le parc et l’air était devenu brusquement plus froid. Quelque chose de mauvais se préparait ! Il le sentait.
    Néanmoins, il semblait être le seul à le remarquer ; Bella le dévisageait avec stupéfaction.
    Sans même prendre le temps d’expliquer que quelque chose le tracassait, il répliqua d’un ton ferme, sans appel :


    « -Rentre chez toi Bella…Et ne pose pas de question. Dépêche toi. »

    Edward lui lança un regard indescriptible et attendit que cette dernière se mette en route pour sa voiture avant de disparaître à son tour. Il devait aller chercher quelque chose de toute urgence : sa voiture ! En effet, Edward avait sentit une présence malveillante prêt du par cet il était persuader qu’il allait devoir se servir de sa Volvo pour venir en aide à la jeune Swan. Car il était persuader qu’elle allait être d’un un futur très proche, attaquée, menacée…Il le sentait et éprouvait se besoin constant de la protéger.
    Courant aussi vite que lui permettait ses jambes et ses capacités de vampire, il arrive à la demeure des Cullen et monta rapidement dans sa voiture. Les pneus crissèrent suite à un démarrage trop violent et la Volvo disparu dans la brume à une vitesse impressionnante, direction, le parking du parc. C’est là, que tout allait se dérouler ! Tenant fermement le volant de son véhicule, il appuya à fond sur l’accélérateur et se dirigea à toute vitesse vers le parc…

_________________

    I'm not a human.
    I'm dangerous.
    I'm a vampire.
    Are you scared ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilightfascination.forumactif.com
Isabella M. Swan
l STUPID LAMB l
avatar

Féminin Nombre de messages : 62
Age : 25
» Localisation : A Forks, dans ma chambre ou au lycée.
» Emploi/loisirs : Lycéenne
» Race : Humaine, pourquoi ?
Date d'inscription : 09/02/2009

Who I am ?
Relations:
Humeur: Pensif
Ma pensée du moment:

MessageSujet: Re: Tout est-il parfaitement normal ? l Bella l   Jeu 19 Fév - 20:42

    Aussi étrange que cela puisse paraître, j'étais heureuse de voir Edward. Lorsqu'il m'avait parlé, en cours de biologie ou lorsqu'il m'avait regardé pendant tout le temps qu'avait duré mon repas à la cafétéria, une petite voix dans ma tête n'avait cessé de murmurer que je devais fuir alors qu'il était encore temps. Sous ses airs angéliques, je pressentais quelque chose de terrible et d'affreux mais que je n'arrivais pas à me représenter : il était si beau que je ne pouvais pas l'imaginer dangereux. De toute façon, c'était trop tard ; j'étais envoûtée. Ne pas le voir pendant autant de temps m'avait agacé, je ne cessais de me demander ce qu'il faisait à cet instant précis. Il me manquait, j'avais besoin de le voir alors que je le connaissais à peine. Jamais encore je n'avais ressenti cela pour une personne et encore moins pour un garçon. Je n'étais jamais sortie avec quelqu'un, je n'étais jamais tombée amoureuse de ma vie. Avec Edward, c'était différent, j'avais l'impression que nous étions liés. Même si j'avais voulu l'éviter, il revenait toujours en travers de mon chemin. Et maintenant qu'il acceptait de me parler, je savais qu'il était trop tard pour faire marche arrière.

    La pluie commençait à tomber, en fines goutelettes. Je passai machinalement une main dans mes cheveux humides, un peu honteuse qu'ils soient autant en bataille. Mais mon interlocuteur ne semblait pas embarassé de ce détail, il avait l'air ailleurs. Exactement comme lors du premier cours de biologie, que j'avais passé à ruminer seule en priant pour qu'il arrête de me fixer aussi méchamment. Je tressaillis, et reculais d'un demi-pas. Je n'avais pas peur de lui, j'avais peur de le perdre une nouvelle fois. J'avais gagné une bataille, mais pas la guerre, j'en étais consciente. Je me plongeai avec délice dans l'océan doré de ses yeux, oubliant une fois de plus de respirer. Il était si beau... Pourquoi prenait-il la peine de discuter avec moi alors qu'il aurait pu avoir les plus belles filles de Forks à ses pieds ? Ses prunelles inquiètes et nerveuses m'observaient avec intérêt et je les laissai faire. Sous son regard, même sévère, je me sentais différente. Libre et légère. Je n'étais plus Bella, je me sentais comme sa Bella.

    Sa voix claire et harmonieuse brisa le silence qui s'était installé. Son ton était calme, mais je sentais comme une pointe d'impatience. Il était presque agacé. Que se passait-il ? Muette de stupeur, je restais interdite durant quelques secondes, m'attardant une nouvelle fois dans ses yeux, puis dans l'éclat de ses cheveux. Je ne me lassais pas de le regarder, je ne serais jamais rassasiée de sa perfection.

    "Oui, mais pourquoi... pourquoi cette question ? Est-ce qu'il y a un problème ?"

    Ma voix avait pris une intonation inquiète. J'avais beau partir dans mes pensées dès que je le regardais plus d'une seconde, je sentais que la situation devenait menaçante. Quelque chose avait changé, mais impossible de savoir quoi. Je scrutais le ciel, toujours aussi gris, sans savoir quoi chercher. Edward s'était figé, ses traits étaient comme du marbre, il semblait attendre quelque chose. Et moi, au milieu de toute cela, je ne savais plus quoi faire. Devais-je poursuivre mon chemin, l'ignorer ? Ou attendre également qu'il veuille enfin me répondre et me rassurer ? Je retirai les écouteurs de mes oreilles et rangeai mon mp3 dans mon sac, tout doucement, comme si je craignais de le déranger. Il était toujours immobile ; devais-je en rire ou en pleurer ? C'est alors qu'il prit la parole. Ses mots déclenchèrent une vague de panique en moi, je chancelai, vacillai, je crus que j'allais m'effondrer sur place, ce qui n'était pas vraiment le moment.

    "Mais enfin, que se passe-t-il ? Edward, je t'en prie !"

    Mon coeur eut un raté lorsque je compris que la situation était grave. Je ne savais pas encore pourquoi, mais je sentais à présent la menace qui grondait au dessus de ma tête. Comme d'habitude, ma malchance me poursuivait, même jusqu'à Forks. Mais je ne voulais surtout pas attirer des ennuis à Edward, l'imaginer en danger ou même blessé me terrifait. Comme un automate, je fis volte face et prit l'allée centrale en direction de la sortir du parc, afin d'atteindre le parking. Mon coeur battait la chamade et mes jambes tremblaient de toutes leurs forces. Arrivée au portail, je me détournais et aperçut alors la chose la plus folle de toute ma vie : Edward courrait. Mais il ne courrait pas comme les sprinteurs des Jeux Olympiques, il courrait bien plus vite. Bientôt, il ne fut plus qu'une ombre floue, qui disparut au loin. Mon cerveau était en panique, mais je n'avais pas le temps de penser la rapidité surhumaine d'Edward, j'avais d'autres problèmes. Je me mis à courir jusqu'à ma chevrolet et m'adossais contre la portière droite. Le parking était sombre et désert, la pluie tombait à présent et je n'y voyais pas grand chose. Les mains tremblantes, j'ouvris mon sac afin de trouver mes clefs. Je mis un certain temps à les trouver et dans les panique, elle m'échappèrent des mains.

    "Zut..." marmonnais-je d'une voix tendue.

    Je me baissai immédiatement afin de les ramasser et en me relevant, j'aperçus des ombres qui se dirigeaient vers moi. Cette fois-ci, ce n'était plus qu'une impression, j'étais réellement dans de beaux draps. J'étais seule, face à des inconnus qui n'avaient pas l'air de plaisanter. J'enfonçai fermement la clef dans le trou afin de dévérouiller ma voiture, mais impossible de l'ouvrir ; mes mains mouillées glissaient contre le morceau de métal et j'eus beau m'acharner, je n'arrivai à rien. Les hommes se rapprochaient lentement de moi, l'un deux avait un sourire narquois sur le visage. Affolée, j'essayai de ne pas penser au pire ; peut être que je me faisais des idées, peut être qu'ils ne me voulaient rien du tout finalement ! Ils allaient sûrement bifurquer au dernier moment et sortir du parc, et j'allais pouvoir partir tranquillement.

    "Salut ma belle... Qu'est-ce que tu fais ici toute seule ?" lança le premier homme.
    "Tu sais que c'est dangereux de traîner par ici lorsqu'il pleut ? C'est désert et personne ne pourra te défendre si tu fais une rencontre désagréable," renchérit le second en me faisant un clin d'oeil moqueur.

    Je m'appuyai contre ma voiture, comme si je voulais disparaître totalement. Ils n'était plus qu'à quelques mètres de moi désormais et ils avaient raison ; il n'y avait personne, aucun témoin, aucune aide. Ma respiration déjà fortement accelérée devint de plus en plus rapide. les battements de mon coeur résonnaient dans ma tête comme une sonnette d'alarme. J'essayai de me rapeler comment la situation avait pu dégénérer ainsi, alors qu'il y a quelques minutes, j'étais en train de discuter avec Edward Cullen. Qui m'avait lâchement abandonné, alors que lui aussi avait pressenti le danger. Les larmes me montèrent aux yeux, et pas parce que j'étais sur le point de me faire aggresser par une bande de voyous minables. Je m'étais trompée sur toute la ligne : Edward ne s'était jamais intéressée à moi. Il me détestait tellement qu'il devait être bien heureux que je me fasse agresser ! Il devait être chez, en train de dire avec ses frères et soeurs de la pauvre Bella si naïve et si stupide. Un pauvre agneau, telle était l'image que j'avais de moi à cet instant précis. Incapable de se défendre, incapable de fuir. Refoulant mes larmes, je répondis aux garçons d'une voix chevrotante :

    "Allez vous en..."

    En vain. Rapide comme l'éclair, l'un deux se jetta sur moi et m'attrapa le bras. Son copain m'arracha mon sac, malgré mes cris, tandis que le dernier me tint fermement la taille. Ils m'entraînèrent vers le fond du parking, là où nous ne pouvions pas être vus de la rue principale. Je réussi à me dégager la main et en giflai un du plus fort que je pus. Ce dernier me frappa immédiatement au visage, ce qui m'assoma durant quelques instants. Ils voulaient m'enlever mon matnteau, je me débattai, mais rien à faire, je ne pouvais rien contre eux. Je sentis une violente douleur à mon bras gauche, en plus de ma pomette ensanglantée. Je n'essayai même plus de crier à présent, j'étais comme engourdie et ma vision brouillée.

    Au bout de l'allée, des phares de voitures m'éblouirent et je fermai les yeux un court instant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Cullen
Admin
avatar

Nombre de messages : 121
» Localisation : Forks
» Emploi/loisirs : Lycéen à jamais
» Race : Vampire Végétarien
Date d'inscription : 09/02/2009

Who I am ?
Relations:
Humeur: Calme
Ma pensée du moment:

MessageSujet: Re: Tout est-il parfaitement normal ? l Bella l   Jeu 19 Fév - 22:36

    Edward Cullen tenait donc fermement le volant de son véhicule, et appuya de nouveau à fond sur l’accélérateur, passant les vitesses avec une rapidité incroyable.
    La Volvo argentée semblait voler tant elle allait rapidement et se dirigea à toute vitesse vers le parc…Edward ressentait un sentiment au fond de lui qu’il n’avait encore jamais connu. Il pouvait même ressentir une douleur étrange au plus profond de lui-même. Le danger était bel et bien présent et il fallait qu’il se dépêche ! Il se devait de la sauver !
    Après une poignée de minute, alors qu’il aurait aisément fallu 15 minutes de route en temps normal pour arriver au parc ; le « jeune » Cullen arriva à destination. Il tourna brusquement le volant de son véhicule afin d’éblouir de plein phares la scène qui se déroulait, au fin fond du parking.

    Une bande de jeunes individus entouraient Bella. La rage d’Edward fut énorme et indescriptible, notamment lorsqu’il entendit les pensées des ravisseurs de la jeune Swan…


    *Ha Ha Ha, on va bien s’amuser…Elle a l’air tout à fait à mon goût…Comme je les aime…*
    *Elle résiste pas, elle est terrifiée…C’est parfait !*
    *Elle est seule et personne ne viendra la sauver…C’est une occasion inespérée !*
    *Vite, déshabillons là, déshabillons là…*

    Edward était hors de lui et ses yeux pouvaient aisément en témoigner, ainsi que son visage qui était crispé tel le marbre. Le véhicule d’Edward s’arrêta à quelques centimètres de la bande d’individu. Sans pouvoir se retenir, et étant donné qu’ils n’étaient pas partit en courant, comme ils auraient dû le faire^^, Edward sortit de sa voiture. Son visage était complètement transformé, et un seul de son regard suffit aux ravisseurs de Bella de fuir de toute jambe, abandonnant leur proie. Edward dû faire un effort exceptionnel afin de se retenir de traquer ses hommes et de les tuer sur le champs mais la présence de Bella sur le sol l’en dissuada.
    Edward resta à distance de la jeune Swan afin de ne pas commettre une erreur qui serai fatale pour elle et répliqua d’une voix remplie de haine :


    « -Monte à bord. »

    Sa voix était sans appel et après s’être assuré que Bella puisse marcher, il grimpa à son tour dans son véhicule, claqua la portière et dans un crissement de pneus, fit demi-tour et accéléra trop vite, provoquant une embardée de fumée.
    Edward tenait le volant aussi fort que ses mains le permettaient, son regard était rivé sur la route et il faisait tout son possible pour ignorer Bella qui était sérieusement amochée. Sa joue en sang, son bras apparemment blessé. Edward devait se retenir !
    Tout en conduisant, il semblait avoir retenu sa respiration et répliqua brusquement en tendant un mouchoir qu’il sortit de son blouson :


    « -Essuie ton visage. »

    Edward attendit que Bella s’exécute. Une fois que la vue du sang disparue, Edward sembla légèrement se calmer mais ses yeux étaient d’un noir ancre et exprimaient clairement sa rage. Tout en conduisant tel les pilotes de Formule 1, il posa finalement la question suivante, comme un sifflement entre ses dents serrées :

    « -Tu n’as rien de grave ? »

    Edward s’en voulait d’être arrivé, selon lui, trop tard. En effet, s’il était arrivé plus tôt, Bella n’aurait pas été blessée ! Le « jeune »Cullen poursuivait sa course folle en direction de la demeure de miss Swan. Il avait l’intention de la ramener le plus rapidement possible chez elle afin qu’elle soit en sécurité et qu’elle puisse se soigner avant le retour de son père.

_________________

    I'm not a human.
    I'm dangerous.
    I'm a vampire.
    Are you scared ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilightfascination.forumactif.com
Isabella M. Swan
l STUPID LAMB l
avatar

Féminin Nombre de messages : 62
Age : 25
» Localisation : A Forks, dans ma chambre ou au lycée.
» Emploi/loisirs : Lycéenne
» Race : Humaine, pourquoi ?
Date d'inscription : 09/02/2009

Who I am ?
Relations:
Humeur: Pensif
Ma pensée du moment:

MessageSujet: Re: Tout est-il parfaitement normal ? l Bella l   Ven 20 Fév - 13:48

    Vite, déshabillons là, déshabillons là… Excellent bravo

    Je n'arrivais plus à penser malgré ce qui était en train de m'arriver. Mon cerveau tournait au ralenti, ce qui se déroulait autour de moi m'aparaissait flou. Je savais qu'il se passait quelque chose de grave mais j'étais incapable de réagir, j'étais paralysée. Mes agresseurs continuaient de retirer mes habits, je me retrouvai très vite en petite chemise sous la pluie. Mes bras nus étaient trempés et les gouttes d'eau sur mon visage se mêlaient à mes larmes. Lorsque l'un deux posa sa main sur ma taille, je poussai un cri de rage, bien vite étouffé. J'étais en plein cauchemar, j'avais beau me débattre, ils avaient toujours le dessus sur moi. Très vite, j'abandonnai la partie et après qu'ils m'aient frappé au bras et visage, je restais immobile, comme une poupée de chiffon. Ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient de moi à présent.

    Au bout de l'allée, la lumière se rapprochait. Elle devenait de plus en plus aveuglante et je dus plisser les yeux avant de ne pas être complètement éblouie. Mes ravisseurs lui tournait le dos, je fus la première à comprendre ce qui se passait réellement. Une voiture se rapprochait de nous, j'arrivais à l'apercevoir à travers le rideau de pluie. Mais pas n'importe quelle voiture, une Volvo gris argentée. La voiture d'Edward. Ce fut comme si je me remettais à vivre, je sortis immédiatement de ma torpeur. Il était là. Je n'avais plus peur, malgré la douleur, je me sentais prête à les affronter. Je n'était plus seule désormais et le sentir tout près de moi me rendait plus forte. La voiture s'immobilisa dans un crissement de pneu assourdissant, Edward avait conduit d'une manière folle, un véritable pilote de Formule 1 ! Les quatre hommes se retournèrent d'un seul bond alors que Edward sortait de la voiture et claquait la portière. Il se passa alors la deuxième chose la plus surprenante de la journée mais aussi de ma vie ; Edward était totalement transformé. Il n'avait plus rien à voir avec l'adolescent séduisant et charmeur qui me servait de partenaire de biologie. Il n'était pas non plus celui que j'avais croisé dans le parc, qui avait constament l'air terrifié. Cette fois-ci, il était absolument terrifiant. Ses magnifiques yeux couleur or étaient noirs comme du charbon et n'exprimaient que de la colère. J'avais beau savoir que ce n'était pas à moi qu'il en voulait, je ne pus m'empêcher de frémir. Impressionnant, indestructible, tels furent les premiers adjectifs qui s'imposèrent à moi. Les voyous avaient l'air encore plus effrayés que moi, celui qui me serrait la taille me lâcha brusquement. Surprise, je tombai au sol mais relevai bien vite la tête pour apercevoir mes agresseurs s'enfuir en courant à travers le parc. Est-ce que c'était fini ?

    La voix d'Edward me fit sursauter et des frissons parcourent mes bras. Il était toujours aussi haineux, il n'arrivait pas à se calmer. Le plus rapidement que me permettaient mes jambes vacillantes, je me relevai, attrapai mon manteau et grimpai à bord du véhicule d'Edward. L'odeur de mon propre sang me donna aussitôt la nausée et je me mis à respirer par la bouche pour éviter de tourner de l'oeil. Je n'osais même pas regarder Edward, il avait l'air si en colère que je craignais de l'énerver un peu plus. Une question s'imposa alors à moi ; comment m'avait-il trouvé alors qu'il s'était enfui ? Et pourquoi les autres avaient-ils détalé à la simple apparition de mon sauveur ? Le mystère Edward s'épaississait un peu plus, je n'en voyais décidémment pas la fin. Alors que je n'étais plus en danger, mon coeur battait toujours la chamade, impossible d'arrêter ces maudites pulsations. J'essayais de me calmer en respirant plus lentement mais j'étais dans un tel état que c'était peine perdue. Alors que Edward démarrait dans un vacarme et un nuage de fumée, je me regardai brièvement dans le rétroviseur : je n'avais pas vraiment fière allure. J'étais décoiffée, mes yeux étaient rougis et gonflés par les larmes et j'étais entièrement trempée. J'allongeai mon manteau sur moi mais cela ne m'empêchait pas de trembler comme une feuille morte, j'étouffai même un éternuement.

    Nous roulions à présent à travers les rues de Forks, en direction de ma maison me semblait-il. En réalité, je n'en savais rien, Edward conduisait si vite que les rues défilaient sans que je puisse les reconnaître. Je me tournai alors vers lui, observant son visage à la dérobée. Ses traits étaient toujours aussi furieux, il semblait sur le point d'imploser. Il sortit un mouchoir de son blouson et me le tendit en m'adressant quelques mots durs et froids. Je n'en fus pas vexée, au contraire. J'étais maintenant certaine qu'il se passait quelque chose d'étrange, quelque chose qui m'échappait et l'attitude d'Edward ne me choquait plus. Il était revenu pour moi, pour me sauver ! Même si je ne comprenais pas comment il avait fait, cela s'était passé et je lui en serais reconnaissante pour le reste de ma vie. Lentement, j'essuyais le sang sur mon visage. La plaie sur mon front n'était pas profonde et elle ne saignait presque plus, ce qui m'allait parfaitement. En revanche, mon poignet était douloureux, il devait probablement être foulé. Il n'était pas cassé, j'en étais sûre car j'arrivais encore à le bouger.

    Merci, répondis-je en froissant le mouchoir dans ma main et me blotissant un peu plus contre mon manteau humide. Je crois que ça va aller, j'ai juste un peu mal au poignet.

    Je réprimais un soupir, me concentrant sur la route qui défilait. Mille questions se bousculaient dans mon esprit, il m'était impossible de faire le tri. J'avais besoin de réponse immédiatement et tant pis si Edward ne semblait pas disposé pour le moment. Il avait de toute façon l'air calmé, ses traits étaient apaisés même si ses yeux étaient toujours aussi sombres. Je ne pus m'empêcher de frissonner à nouveau, et pas à cause du froid cette fois-ci.

    Comment tu as fait pour venir aussi vite ? commençai-je timidement. Et comment as-tu su que j'étais là-bas ? Et...

    J'allais poser une autre question mais je me rendis compte que cela faisait trop de choses en même temps, je n'étais pas prête et lui non plus. Il ne me répondit pas tout de suite, il était très concentré, ses deux mains crispés sur le volant. Il devait vouloir me ramener en un seul morceau chez moi, ce qui était tout à son honneur, d'autant plus que j'étais d'accord avec lui ; j'avais suffisament eu d'émotions pour la journée.

    Merci d'être venu Edward, croassai-je en serrant mon poignet blessé contre mon ventre. Navrée de t'avoir entraîné là-dedans, je porte la poisse à tous les gens que je côtoie.

    J'étais réellement désolée de ce qui venait de se passer, j'aurais préféré que cela n'arrive pas, bien sûr. Et pourtant, je ne pouvais pas m'empêcher de ressentir une certaine joie mêlée à de l'excitation. Je me sentais comme ces actrices des séries télé, qui se font sauver au dernier moment par le héros de l'histoire. Le mien était exactement celui de mes rêves et je n'arrivais toujours pas à croire qu'il existait et que j'étais assise à côté de lui. Je me tournai une fois de plus vers lui, attendant qu'il me réponde, mais il restait désespérement muet. C'est alors que je remarquai quelque chose qui m'avait jusque là échappé. J'avais lu dans ses yeux sa colère, sa haine, son envie de vengeance presque meurtrière. Mais je n'avais pas vu à quel point il avait l'air triste et abbatu. Ce n'est qu'au bout de quelques minutes que je compris qu'il souffrait.

    Edward, soufflai-je, le coeur serré. Est-ce que ça va ?

    J'étais terrifiée à l'idée qu'il aille mal par ma faute, je ne voulais pas le faire souffrir à cause de ma malchance habituelle. Un rapide coup d'oeil par la fenêtre me signala que nous étions arrivés à destination. Edward freina mais ne sortit pas de la voiture. Je détachai ma ceinture, mais restai moi aussi immobile. Je voulais savoir ce qui se passait, pourquoi il agissait ainsi. Je ne descendrais pas tant qu'il n'aurait pas ouvert la bouche. L'heure des explications avaient-elles sonné ? Je les avais tellement attendues qu'un frisson d'excitation parcourut ma nuque et attentive, j'écoutai Edward me parler enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Cullen
Admin
avatar

Nombre de messages : 121
» Localisation : Forks
» Emploi/loisirs : Lycéen à jamais
» Race : Vampire Végétarien
Date d'inscription : 09/02/2009

Who I am ?
Relations:
Humeur: Calme
Ma pensée du moment:

MessageSujet: Re: Tout est-il parfaitement normal ? l Bella l   Ven 20 Fév - 16:28

    lol ^^ J'ai pas trouvé mieux.

    Edward était toujours hors de lui, ses yeux en témoignaient plus que tout au monde ! Néanmoins, son visage c’était légèrement décrispé lorsque la vue et l’odeur du sang disparue du visage d’Isabella. Son regard noir de haine et de colère était toujours rivé droit sur le pare-brise et ignorait royalement la présence de Bella. Néanmoins, il attendit impatiemment la réponse à la question qu’il avait formulée précédemment. Comment allait-elle véritablement ? Il aurait pu le savoir aisément s’il avait pu encore une fois lire dans ses pensées et ne lui aurait certainement pas demandé ; mais voilà, Bella était différente et il ne pouvait toujours pas la « décrypter ». C’était donc à contre cœur qu’il c’était résolu à lui adresser la parole. Lorsque cette dernière répondit, Edward espéra du fond du cœur qu’elle était sincère et qu’elle n’avait rien de grave…néanmoins, quant elle parla de son poignet et lorsqu’il la sentit frissonner, son visage sembla se raidir une nouvelle fois. Son visage d’Apollon était devenu tel car il s’en voulait. Il s’en voulait que Bella souffre, qu’elle soit blessée. Jamais rien de tout cela n’aurait dû arriver.
    Restant silencieux, il aurait pu la réconforter avec quelques mots, la rassurer…mais il n’était vraiment pas d’humeur à cela. Quoiqu’il en soit, son attention portée sur la route resta la même et la vitesse ne baissa pas un seul instant.

    Lorsque Bella prit de nouveau la parole, cette fois-ci de son plein gré, le visage d’Edward se raidit de nouveau et ses mains se crispèrent d’avantage sur son volant. Toujours en ignorant le regard de Bella, il ignora par la même occasion ses questions et se contenta de rester muet. Selon lui, la jeune Swan posait beaucoup trop de questions et les réponses étaient loin d’être révélées, du moins, pas pour l’instant. C’était beaucoup trop tôt et Edward se refusait d’avouer qui il était vraiment. Il avait désormais bien l’intention de s’éloigner de Bella pour le propre bien de cette dernière.
    Fort heureusement, la jeune demoiselle arrêta soudainement son interrogatoire. Estimant certainement elle aussi que ce n’était pas le moment.

    La Volvo argentée d’Edward filait toujours telle une étoile filante sur la route menant à la demeure des Swan. Le « jeune » vampire espérait désormais que Bella reste silencieuse jusqu’à leur arrivée et ne tente plus de poser de question ou quoique se soit. Néanmoins, cette dernière ne sembla pas l’entendre de cette oreille et à son plus grand agacement, il dû entendre encore quelques unes de ses paroles. Les quelques mots que prononça Isabella créèrent un autre sentiment pour Edward. Cette dernière le remerciait. Mais le pire c’était qu’elle mettait la faute sur elle-même, elle était désolée ; désolée de sa maladresse, d’avoir impliqué Edward dans tout cela. Et ça, Edward ne le voulait pas. Il ne voulait pas la voir malheureuse.
    Sur son visage on pouvait désormais décrypter un air triste et abattu. Notre cher Cullen semblait souffrir, et c’était vrai. D’ailleurs, Bella sembla le remarquer et lui demanda si il allait bien. Bien évidement, Edward ne répondit pas et continua à rester muet comme une taupe. Il était triste pour diverses raisons. Triste de s’être mêlé ainsi à Bella, Triste de devoir peut-être un jour lui dévoilé qui il est vraiment, Triste de la mettre constamment en danger lorsqu il était prêt d’elle, Triste d’être arrivé, selon lui, trop tard…et bien d’autres choses encore. Mais tout cela, devait rester pour le moment secret.

    Edward freina alors brusquement lorsqu’ils arrivèrent à destination. Son regard toujours porté sur la route finit finalement par se détaché et se posa maladroitement sur Bella qui venait de détacher sa ceinture mais ne semblait apparemment pas décidée à descendre, à première vue elle attendait des explications et des réponses.
    Edward laissa échapper un soupire, puis, il prononça quelques mots, les premiers depuis la mésaventure qu’ils venaient tout deux de vivre.


    « -Bella. Descends de cette voiture et rentre vite chez toi. Ferme toi a clé et va te changer et te soigner avant l’arrivée de ton père. Je refuse que tu sois mise encore en danger une minute de plus aujourd’hui. »

    Alors qu’il vit que Bella allait répliquer quelque chose ; Edward ne lui en laissa pas le temps et tout en plaçant rapidement mais toujours aussi élégamment, il posa un doigt devant sa bouche, indiquant qu’il fallait qu’elle se taise et répliqua d’une voix ferme et sans appel :

    « -N’insiste pas. Je ne répondrais à aucunes de tes questions. Tu serais déçu des réponses que je te fournirai. »

_________________

    I'm not a human.
    I'm dangerous.
    I'm a vampire.
    Are you scared ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilightfascination.forumactif.com
Isabella M. Swan
l STUPID LAMB l
avatar

Féminin Nombre de messages : 62
Age : 25
» Localisation : A Forks, dans ma chambre ou au lycée.
» Emploi/loisirs : Lycéenne
» Race : Humaine, pourquoi ?
Date d'inscription : 09/02/2009

Who I am ?
Relations:
Humeur: Pensif
Ma pensée du moment:

MessageSujet: Re: Tout est-il parfaitement normal ? l Bella l   Ven 20 Fév - 19:50

    J'attendais avec impatience que Edward accepte de répondre à mes questions. Pas forcément celles qui impliquaient de grandes révélations, le simple fait d'entendre à nouveau sa voix me contentait. Nous étions garés en face de chez moi et même si j'étais épuisée et trempée jusqu'aux os, je n'avais pas envie de descendre. Près de lui, je me sentais rassurée et protégée, j'étais sûre qu'il ne m'arriverait plus rien. Je regardai Edward dans les yeux, voyant qu'il hésitait à me répondre. Je l'encourageai d'un bref signe de tête et d'un sourire timide. Je le connaissais à peine, mais ce n'était plus un étranger pour moi, même si il était la personne la plus mystérieuse que je n'ai jamais rencontré jusqu'à présent. Je ne pensais même plus à ce qui avait failli m'arriver il y a seulement dix minutes, cela n'avait plus d'importance pour le moment. Edward s'en irait bientôt, peut être qu'il allait de nouveau disparaître pendant une semaine et s'enfermer dans un mutisme inquiétant. J'étais prête à tout pour empêcher cela, ce qui m'effraya un bref instant : étais-je devenue accro à Edward Cullen ? Avais-je besoin de lui comme les junkies ont besoin de leur dose d'héroïne ? Malgré la comparaison peu flatteuse, cela ne m'ennuyait pas du tout d'avoir besoin de lui au point qu'il me manque horriblement.

    J'avais parlé trop vite ; j'avais cru qu'il allait enfin assouvir ma soif de savoir mais ce ne fut pas le cas. Sa voix avait retrouvé son ton velouté et grave, exactement comme dans mes souvenirs. Je fus soulagé de voir que ses yeux reprenaient doucement leur couleur habituelle, il ressemblait enfin au Edward que je connaissais. Il voulait que je parte et que je rentre chez moi. Même si je savais qu'il avait raison, je me refusais de lui obéir : il ne pouvait pas m'imposer cela ! Pas après ce qui venait de se passer, pas après tous les points d'interrogations qui s'entrechoquaient à l'intérieur de mon crâne ! Sous le choc, j'essayai de m'opposer à sa décision.

    Je... commençai-je d'une voix forte, avant d'être interrompue par sa voix de ténor.

    Sa réponse fut sans appel et me laissa muette de stupeur. Il n'avait vraiment pas l'intention de répondre à mes questions aujourd'hui, même pas de passer quelques heures afin de discuter de ce qui venait de se passer. Bien sûr, il m'avait sauvé la vie, je n'avais pas le droit de lui imposer d'être en ma compagnie une minute de plus mais tout de même, je le croyais plus gentleman que cela. Et surtout, j'avais cru comprendre que je comptais pour lui, que quelque chose s'était créé entre nous. Une fois de plus, j'avais tort et je tombais des nues encore plus fortement que les fois précédentes. Je fermai les yeux, écrasée par autant d'obligation -interdiction était le mot juste finalement- il s'interdisait de me dire quoi que ce soit, j'en étais persuadée.

    "Tu serais déçue des réponses que je te fournirai." Mais que croyait-il exactement ? Que je m'attendais à de bonnes nouvelles et que j'allais sauter au plafond en riant aux éclats ? Je savais pertinemment qu'il se passait quelque chose de grave, je l'avais compris en le voyant détaler au parc. Furieuse, je lui jettai un regard mauvais, du moins j'essayai, je n'étais pas aussi douée que lui dans ce domaine et ouvris ma portière, avant de sauter hors de la voiture. J'enfilai mon manteau et frisonnai une fois de plus. Il ne me regardait plus, résigné, il attendait que je referme la portière et que je le laisse enfin tranquille. Je n'allais pas encore lui laisser ce plaisir ; j'étais bien trop vexée et déçue pour être polie et partir sans dire un mot comme un stupide mouton.

    Très bien, fais comme tu voudras, espèce de... d'obstiné ! lançai-je, soudain hors de moi. Je n'ai pas besoin de toi après tout, je me débrouillerais seule !

    Agacée, je claquai de toute mes forces la portière et traversai la rue afin d'atteindre la porte d'entrée. Mes joues me brûlaient et une larme coula sur ma joue tandis que j'ouvrais nerveusement la porte. Sans un bruit cette fois-ci, la Volvo argentée disparut en quelques secondes et je la regardai s'éloigner au loin. J'ouvris la porte, la refermai derrière moi et m'adossant contre la porte, je me laissai tomber par terre, la tête entre mes mains. Dire que j'avais été heureuse de me lever ce matin... Je m'étais trompée, une fois de plus, Forks ne m'attirait que des ennuis depuis mon arrivée et cela ne risquait pas encore de changer.

    Je restai assise par terre quelques minutes, pleurant tout mon soul. Une fois que je n'eus plus de larmes à faire couler, je me relevai et me dirigeai comme un automate vers la salle de bain. Je me débarbouillai rapidement, déposai un pansement sur mon front afin de masquer la cicatrice et mis de la glace contre mon poignet douloureux. Ensuite, je m'installai sur le canapé en attendant le retour de Charlie, en ayant pris soin de me changer. La voiture de fonction de mon père résonna dans toute la rue et quelques minutes plus tard, il fit son entrée dans le salon. Il s'approcha de moi et me regarda avec stupéfaction. Gênée, j'esquissai un timide sourire.

    Nom d'un chien, que t'est-il arrivé, Bella ?
    Je me suis balladée au parc et j'ai bêtement trébuchée. Je vais bien papa, ne t'en fais pas, le rassurai-je en posant ma main valide sur son bras. Edward Cullen m'a ramené à la maison, heureusement qu'il se trouvait dans le coin, hein ?

    Ma voix sonnait faux mais il parut me croire. Ne voulant pas insister plus, il me laissa seule jusqu'à l'heure du déjeûner, avant de repartir travailler. Je passais toute la journée à la maison, à ne rien faire. Je ne pensais qu'à lui. Ma colère s'était envolée, mais je gardais toujours un goût amer dans la bouche. J'avais besoin de savoir... Une fois Charlie parti, je montai dans ma chambre et allumai mon ordinateur. Je ne savais pas encore comment, mais je devais me débrouiller pour découvrir qui était Edward. Il m'en avait défendu mais j'étais prête à tout pour le faire, je devais le faire. A n'importe quel prix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Cullen
Admin
avatar

Nombre de messages : 121
» Localisation : Forks
» Emploi/loisirs : Lycéen à jamais
» Race : Vampire Végétarien
Date d'inscription : 09/02/2009

Who I am ?
Relations:
Humeur: Calme
Ma pensée du moment:

MessageSujet: Re: Tout est-il parfaitement normal ? l Bella l   Ven 20 Fév - 22:38

    {FIN}

_________________

    I'm not a human.
    I'm dangerous.
    I'm a vampire.
    Are you scared ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilightfascination.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tout est-il parfaitement normal ? l Bella l   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout est-il parfaitement normal ? l Bella l
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un homme tout nu !!!
» Astuces pour mode normal !!!!! Enfin !!!!
» Livre à disposition: Savoir tout faire avec Photoshop
» Les petits gestes qui veulent tout dire
» Tout savoir sur la photo...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight :: •• FORKS, THE RAINY TOWN •• :: ♦ Le parc-
Sauter vers: